Si certains ont bâti leur entreprise à 30 ans, voire 40 ans, d’autres ont pu le faire à seulement 20 ans. En effet, c’est le cas de Paul Morlet, un jeune entrepreneur qui a battu sa propre entreprise au-delà de ses 20 ans. Avec un CAP, il a pu défier tous les grands entrepreneurs avec son projet « Lunettes pour tous » qui a fait un grand succès. Son concept innovant attire de plus en plus de personnes, c’est ce qui explique son grand essor et sa démarcation dans le monde du business. Il est considéré comme le Robin des bois de l’optique.

Histoire de Paul Morlet

Paul Morlet avait 20 ans quand il a intégré le monde de l’entrepreneuriat. Il a monté sa propre boîte. Par rapport à aujourd’hui, l’accès dans ce monde dans ces années-là n’était pas vraiment facile. Au début, il n’avait pas songé à l’idée de devenir entrepreneur.

Avec un BEP en poche, il a intégré la SNCF pour une formation de 2 ans. Après avoir suivi cette formation, il décroche un contrat au SMIC. Le travail ne lui plaisait pas pour autant, donc il a eu un déclic : l’argent compte peu, il est mieux de faire un travail qui vous plaît. Depuis ce jour, une idée lui est venue à l’esprit. Il achetait des lunettes bon marché, puis collait des stickers microperforés sur ces dernières pour faire de la publicité. Même si cela n’a pas bien fonctionné au début, il a persévéré et a continué.

Vous pouvez connaître davantage en suivant ce lien

Les débuts de Paul Morlet.

Le jeune entrepreneur Paul Morlet n’a pas eu de début spectaculaire. Il a fait du porte-à-porte pour vendre son produit. Pour commencer, il avait mis toute son économie dans son projet, une somme de 2000 euros en tout. Pour lui, c’était une somme énorme, car il n’avait fait ni prêt bancaire ni investisseur ni rien d’autre pour promouvoir sa nouvelle boîte. Au bout de 2 mois, il a constaté que son affaire ne marchait pas du tout, mais malgré cela, il n’a pas abandonné et a cherché de nouvelles perspectives pour améliorer son business. Il s’est dit que ses lunettes doivent être portées par des stars. Il a donc employé les grands moyens pour parvenir à son objectif. Il a utilisé le réseau social Twitter, qui à cette époque était nouveau. En utilisant des logiciels et en imprimant le nom des stars sur ces lunettes, il a pu conquérir les élites les plus populaires de l’époque. Il a ensuite eu quelques retours venant soit directement des stars soit de leurs managers. Plusieurs d’entre eux ont demandé à voir ses produits. Ses lunettes se sont donc retrouvées sur le nez de nombreuses stars telles que Lady Gaga, Britney Spears, Fifty Cent et bien d’autres. Ces produits ont été médiatisés par ces stars-là.

La bonne rencontre au bon moment.

Il a gagné des publicités gratuites grâce aux stars. Sa marque a pu se médiatiser facilement grâce à son approche exceptionnelle. Suite à une publication sur Facebook, une journaliste l’avait contacté. Elle avait dit que son idée était marrante. Il est donc apparu une deuxième fois dans les médias. Grâce à cela, il a fait une rencontre avec son idole Xavier Niel qui est le patron de Free. Ils ont pu discuter des problèmes liés à l’optique, le prix des lunettes qui sont trop élevées et que certaines personnes ne peuvent pas se permettre d’acheter. Au bout de 45 minutes, ils ont conclu leur affaire et ont décidé de créer l’entreprise « Lunettes pour tous ». Xavier Niel a financé le projet du jeune entrepreneur. Il a donc ouvert un magasin de lunettes de vue. Les lunettes sont conçues en 10 minutes et coûtent exactement 10 euros. Vous pouvez trouver sur plusieurs sites des informations concernant le projet « Paul Morlet management ».

Un coup de baguette du destin.

Tout seul, il a pu gravir les échelons. Grâce aux rencontres qu’il a faites, son entreprise s’est développée d’une manière très rapide. Dès l’ouverture de son magasin, il a vendu plusieurs paires de lunettes. Si la majorité des opticiens ne vendait que 3 à 4 paires de lunettes par jour, lui, il devait vendre jusqu’à 300 paires pendant une journée. Même si tout cela est nouveau pour lui, il n’a jamais reculé. S’il ne le fait pas, une autre le fera à sa place, c’est pour cela qu’il faut y aller.

Tous ces efforts se sont enchaînés. Dès l’ouverture de son premier magasin, Paul Morlet et son nouveau projet ont évoqué plusieurs discussions que ce soit dans les médias ou les cours du ministère de l’Économie. Le prix de ces lunettes est mille fois moins cher que les lunettes chez les autres opticiens.

Trois ans après l’ouverture du premier magasin, l’enseigne a continué à ouvrir de nouvelles portes tous les 6 mois, puis tous les 3 mois, puis tous les 2 mois, et aujourd’hui ils ouvrent 2 magasins tous les mois.