Produit phare de la technologie de pointe, l’e-cigarette connaît aujourd’hui une réussite sans précédent. Toutefois, bien que moins chère et moins toxique que la cigarette classique, elle reste encore moins prisée que celle-ci. Cela est dû en partie au fait qu’elle dispose de nouvelles fonctionnalités plus complexes, dont le choix de la puissance de cigarette électronique.

La batterie : composant essentiel pour régler la puissance

Élément principal de l’e-cigarette, la batterie peut y être directement intégrée. Ses capacités définissent les limites à atteindre en ce qui concerne le réglage de la puissance par rapport à la résistance. Dans le cas où la batterie serait de type intégré, il est parfois compliqué de déterminer précisément ses capacités étant donné qu’elle est inaccessible. En revanche, pour un accumulateur séparé, il faut tenir compte de trois informations principales. Premièrement, la tension est en principe de 3.7 V dans le monde de la vape. Néanmoins, il existe des e-cigarettes utilisant des piles de types AA dotées d’une tension de 1.5 V. Deuxièmement, la capacité exprimée en mAh illustre son aptitude à reproduire le nombre de milliampères en une heure. Plus la capacité est élevée, plus l’autonomie sera importante. Pour illustrer, si vous utilisez un accumulateur de 2000 mAh avec une résistance demandant une puissance de 1000 mAh, elle tiendra 2 heures en continu. Paradoxalement, plus l’autonomie est importante, moins elle sera capable de dégager de la puissance. Troisièmement, le CDM ou courant de décharge maximale est mentionné en ampères (A). Sans doute la plus importante, cette information montre la puissance maximale que l’accumulateur est capable de restituer, ce qui conditionne le type de résistance que vous pourrez utiliser. Ainsi, plus ce chiffre est élevé, plus vous pourrez vous orienter vers des résistances faibles en ohm. À noter que le CDM, véritable indicateur de puissance de cigarette électronique, est mentionné dans la notice d’utilisation de tout mod ou box.

Résistance ou coil : Élément déterminant la puissance

La valeur de la résistance s’exprime en ohms. Plus cette valeur est basse, plus la puissance de la batterie doit importer. À part cela, il existe également deux autres indications de puissance de cigarette électronique qui sont présentes sur la résistance : la puissance recommandée en watts (W) ainsi que la puissance maximale à ne pas franchir. Propres à chaque résistance, ces indications sont calculées par le fabricant en fonction du type de fils utilisés déterminant la valeur globale de la résistance.
Pour ceux qui souhaitent approfondir, vous pouvez vous référer à la loi d’Ohm, permettant de calculer l’intensité du courant électrique selon la valeur de la résistance. Fort heureusement, on peut s’en passer facilement afin de vapoter en toute sécurité en cas d’utilisation d’un box électronique.

Tenir compte de sa manière de vapoter

Autre point important, la puissance de cigarette électronique se règle par rapport à votre manière de vapoter. Quand vous activez le bouton de feu, vous chauffez la résistance et en même temps, vous faites pénétrer de l’air dans le clearomiseur afin d’inhaler la vapeur. Régler le flux d’air vous offre la possibilité d’obtenir un tirage selon votre convenance, ce qui par la même occasion refroidit la résistance. Si vous ne la refroidissez pas, cette dernière continuera à chauffer suivant la puissance initiale, et ce, même si vous relâchez le bouton de feu. De ce fait, ce composant continuerait à diffuser de la vapeur au risque de provoquer un dry hit. Autrement dit, le coton brûle si le liquide manquait.
La gestion de l’air dans un clearomiseur correspond au point le plus délicat à concevoir, et les fabricants ont misé sur la nouveauté dans ce domaine. Pour que la vape reste savoureuse et agréable, il est essentiel d’adapter le flux à la résistance afin d’associer refroidissement et contrôle. Ainsi, tous les vapoteurs pourront choisir le tirage qui leur correspond. Un manque d’air chauffera la résistance, ce qui va produire peu de vapeur. Par contre, un flux trop important pourra dénaturer toute saveur et donnera l’impression de n’inhaler que de l’air. Deux façons de vapoter existent à savoir l’inhalation indirecte ou Mouth To Lung (MTL) et l’inhalation directe ou Direct To Lung (DTL). Littéralement, la première façon signifie « bouche puis poumons » tandis que la deuxième est traduite par « directement dans les poumons ».

Quelle puissance utiliser ?

Le réglage de la puissance de cigarette électronique s’effectue en mode « power » sur votre mod, et vous pouvez la modifier en exploitant les boutons « – » et « + ». Cependant, il est strictement interdit d’utiliser le mode puissance avec des résistances constituées d’un fil en nickel ou en titane, car cela s’avère dangereux pour la santé. Ce mode s’utilise exclusivement en mode de contrôle de température.
Si vous utilisez un atomiseur, la technique la plus simple serait de visionner les valeurs recommandées par le fabricant sur la résistance. Débutez par la plus faible et réglez ensuite les arrivées d’air de l’atomiseur pour une aspiration selon votre convenance. Si les saveurs ne répondent pas aux attentes ou si la résistance chauffe trop rapidement, mieux vaut ouvrir un peu plus les arrivées d’air. Par la suite, il convient de trouver le bon réglage c’est-à-dire le sweet pot ou le parfait compromis entre saveurs, tirage à l’aspiration et sensation de hit si vous usez d’un e-liquide contenant de la nicotine.
Si vous optez pour un clearomiseur reconstructible et que vous faites votre résistance vous-même, il est préférable de se servir d’un calculateur de coils. Afin que les watts, la puissance et les ohms se règlent automatiquement, vous n’avez qu’à sélectionner le mode voltage variable (VV) inscrit sur votre box électronique. Identique au mode Wattage, le mode VV vous permet de choisir et varier la puissance de vape. Cependant, contrairement au mode Power consistant à déterminer la puissance idéale par rapport à la résistance, le mode VV fonctionne inversement. Ainsi, il est inutile de connaître la valeur de la résistance, mais il suffit de rechercher la sensation de vape qui vous satisfait le mieux. En général, une vape agréable correspond à une tension entre 3.5 V et 4.0 V, mais le type de résistance, l’usure et l’ouverture des arrivées d’air peuvent considérablement influer sur la sensation. Seul bémol, ce type de réglage n’est pas disponible sur tous les mods.

Quelques conseils pratiques

En termes de puissance de cigarette électronique, il est primordial de bien choisir son accumulateur. De préférence, optez pour les grandes marques. Ainsi, vous pourrez avoir la certitude que les caractéristiques stipulées sont réelles. Les marques peu connues utilisent les accumulateurs de ces fabricants en ajoutant simplement leur propres enveloppe ou wrap.
Si vous commencez dans la vape, priorisez un mod ou une box munie d’un écran avec lequel vous pourrez régler la puissance (W) et le voltage (VV). En effet, cet écran s’avère très efficace pour les débutants, car il affiche plusieurs informations à assimiler. Dans le même registre, évitez les e-cigarettes avec des réglages préétablis, car même une petite différence de 5 W conditionne le plaisir ressenti par la vape. Toujours pour les débutants, ne commencez pas avec un box avec réglages à l’infini et autres lumières. Choisir un box simple vous aidera grandement dans l’assimilation des principes de base. Une fois expérimenté, vous pourrez toujours alterner avec un matériel plus polyvalent.