Le circulateur de chaudière est la pièce maîtresse dans la bonne marche de la chaudière ainsi que pour le bon fonctionnement du système de chauffage au fioul. En effet, le circulateur de chaudière, également nommé accélérateur ou pompe de circulation, est principalement placé dans le circuit fermé de chauffage pour permettre la circulation du liquide caloporteur et compenser les pertes de charge dans le circuit. Force est de bien comprendre son mode de fonctionnement pour bien l’utiliser et l’entretenir et garder sa longévité de vie.

Conseils pour bien entretenir le circulateur de chaudière

Pour maintenir son ergonomie et sa longévité de vie, il faut penser à mettre en place certains éléments en fonction des caractéristiques de la configuration de l’installation. Comme le fait d’installer un pot à boue pour accumuler les différentes saletés présentes dans les tuyaux, vider la tuyauterie régulièrement pour prévenir l’encrassement du système, installer un inhibiteur de corrosion pour limiter l’introduction de diverses oxydations métalliques, installer un séparateur d’air pour limiter la circulation des bulles d’air dans l’ensemble de la tuyauterie… Sachez que le secret du bon fonctionnement de l’appareil réside dans son entretien régulier. Ainsi, il est donc recommandé de ne pas le faire fonctionner lors des saisons clémentes comme en été… Toutefois, il vaut mieux faire appel à un chauffagiste professionnel, chez sani-elecservices.fr, lorsque vous n’êtes pas en mesure de bien l’entretenir ou du moins lorsqu’il rencontre des problèmes ou irrégularités importantes.

Fonctions essentielles d’un circulateur de chaudière

Excellent échangeur thermique, le circulateur de chaudière assure une meilleure stabilisation de température du dispositif de chauffage. Il produit et gère la pression et le débit du système de chauffage de la maison ou du bâtiment industriel. Sinon, un circulateur mal installé peut créer une hausse prompte en termes de consommation d’énergie ou une répartition irrégulière du liquide colporteur au niveau des radiateurs des différentes pièces. Ses fonctions initiales étant de repartir le liquide caloporteur tout en compensant les pertes de charge dans le cadre du circuit fermé. En somme, c’est la pièce maîtresse de toute installation de chauffage.

Différents types de circulateurs de chaudière

Il existe différents modèles de circulateurs de chaudière disponibles et commercialisables sur le marché physique ou en ligne. En premier lieu, le modèle électrique à rotor noyé, ou à moteur synchrone, à vitesse variable et rotative, est équipé de rotor tout bonnement immergé dans le liquide colporteur pour ainsi lubrifier ou refroidir le moteur tout en économisant de l’énergie. Techniquement, celui-ci demande peu d’entretien, fiable pour des installations au sein d’une pièce de petite ou moyenne taille. En second lieu, le modèle électrique à moteur asynchrone ou à moteur ventilé est un modèle à base d’aimant en permanence, d’une vitesse fixe et rotative, intervient pour refroidir le moteur à travers un ventilateur présentant des nuisances sonores. Celui-ci convient parfaitement pour être installé dans une grande pièce.

Toutefois, l’avantage de leur utilisation réside en termes de rapidité et d’automatisme dans la mise en température, la facilité d’installation et d’utilisation, l’ergonomie, l’économie de consommation en énergie, la qualité-prix, la réactivité aux commandes de régulation. Son utilité est pratique dans des pièces de petite, moyenne et grande taille…

Comprendre son fonctionnement

En premier lieu, dans le cadre d’un système ferme de chauffage contenant essentiellement du liquide colporteur, le radiateur alimente une pression suffisante pour modérer la température dans la pièce ou recevoir une quantité de liquide colporteur chaud pour bien s’appliquer. En second lieu, celui-ci est équipé d’un moteur et de différentes configurations essentielles. Le moteur peut être de modèle électrique asynchrone ou synchrone à base d’aimant permanent. En revanche, les configurations peuvent fonctionner à vitesse de régulation fixe et rotative, ou à vitesse variable et rotative. Sur ce, il est possible de garder la pression en constance dans le système ou réduire de manière linéaire la pression pour limiter la consommation du circulateur et les bruits d’écoulement ou adapter la vitesse de rotation suivant la température du liquide ou celle de l’extérieur…

En troisième lieu, pour le régler, il faut savoir jouer sur la régulation de la quantité du liquide pour optimiser le rendement thermique, et ce, par le biais de la molette qui est présente dans le boîtier. Ainsi, vous pouvez diminuer sa vitesse rotative en le paramétrant depuis le cran situé en bas ou ne rien faire lorsque la température demeure stable… En quatrième lieu, pour le débloquer ou le dégommer, il faut le remettre en marche ou dégager les boues accumulées en dévissant la vis centrale par un tournevis plat et créer une impulsion mécanique pour bien le faire repartir. En dernier lieu, pour savoir si votre circulateur de chaudière fonctionne, il suffit de vérifier si ce dernier émet un effet sonore de frottement ou de circulation ou, à défaut, il faut échanger la commande de vitesse pour s’assurer que le liquide colporteur circule correctement dans l’installation.