Afin de permettre à une entreprise de calculer la rentabilité de ses activités, ainsi que de mieux gérer sa production, elle a l’obligation de tenir une comptabilité. Un grand nombre d’éléments entre en compte dans la tenue de cette dernière. L’unité d’œuvre ou UO en fait partie. De quoi s’agit-il ? Quels sont ses enjeux ? Et comment son coût ?

Qu’est-ce qu’une unité d’œuvre ?

En comptabilité analytique, une unité d’œuvre est essentielle pour répartir les charges indirectes suivant différents critères. Ces derniers peuvent être le nombre des salariés d’une entreprise, le volume de ses chiffres d’affaires, le nombre d’heures de travail, etc.

Pour la petite histoire, la notion d’unité d’œuvre fut abordée pour la première fois en 1939 dans la revue intitulée « Le Génie civil ». Celle-ci aborde la production de couvertures et de tapis d’une entreprise. Afin d’obtenir ces derniers, l’entreprise fait appel à différents services : main d’œuvre, services d’entretien, service de distribution, services administratifs, etc. Ces derniers sont divisés en groupement dont le coût est mesurable en unité d’œuvre. Grâce à cette dernière, l’entreprise peut facilement évaluer le coût de sa production.

L’unité d’œuvre peut être de nature diverse. En matière d’approvisionnement, elle correspond souvent à l’unité de mesure du volume comme le kilogramme, la tonne, le m3, etc. En matière de production, il s’agit en général du nombre d’heures travaillées des mains-d’œuvre ou encore des machines. Enfin, en matière de distribution, l’unité d’œuvre est souvent une unité monétaire (chiffre d’affaires réalisé). Pour en savoir plus, rendez-vous sur www.outils-de-gestion.fr.

Quels sont les enjeux d’une unité d’œuvre ?

Grâce aux unités d’œuvre, l’entreprise peut par la suite calculer le coût de revient d’un service ou d’un bien. Cela permet d’établir plus facilement le prix de vente de ses produits et de calculer la rentabilité de son activité.

Pour une entreprise ou un prestataire qui externalisent ses services, grâce à l’unité d’œuvre, il est plus facile d’établir un dialogue constructif avec le client. En effet, l’entreprise connaît le coût de revient de ses services et peut facilement négocier son tarif avec le client.

À l’heure de la digitalisation, la notion d’unité d’œuvre permet aux DSI ou Directeurs des systèmes informatiques d’allier performance et réduction de coûts. Cette approche consiste à définir des prestations pacagées à un prix fixe ou forfaitaire réalisé par plusieurs consultants. Cette unité d’œuvre repose sur un catalogue de services bien défini dont les charges moyennes sont connues.

Comment calculer une unité d’œuvre ?

Avant de calculer une unité d’œuvre, il faut bien la choisir. À cet effet, il faut qu’il ait une corrélation entre deux notions. Par exemple, pour une entreprise qui fabrique du jus de fruit, le nombre de jus fabriqués par la main-d’œuvre est bel et bien une corrélation qui existe.

Ensuite, il faut tenir compte du type de charges. Il en existe deux grandes catégories, dont les charges indirectes et les charges directes. Ces dernières sont affectées directement aux coûts. Il n’y aura pas ainsi de calcul intermédiaire. En revanche, pour les charges indirectes, elles doivent encore subir une répartition préalable.

Pour calculer le coût de l’unité d’œuvre, il suffit de diviser le total des charges réparties par le volume total des unités d’œuvres. Si à l’inverse, l’on souhaite obtenir le nombre d’unités d’œuvre nécessaire, il faut, dans ce cas, multiplier le coût de l’unité d’œuvre par le total des charges.

Le calcul du coût de l’UO permet à une entreprise, d’une part de contrôler les conditions de ses moyens humains et matériels, et d’autre part d’estimer sa capacité de production. Cela lui évite par exemple d’accepter des commandes que ses mains-d’œuvre ne pourraient pas honorer.

Quelques exemples de calcul d’unité d’œuvre

Pour mieux comprendre la signification ainsi que le calcul d’une unité d’œuvre, il n’y a rien de mieux que de prendre des exemples précis pour l’illustrer. Dans le cadre d’un approvisionnement, si une entreprise achète 2000 grammes de matières premières pour un coût de 6000 euros. L’unité d’œuvre ici est donc le gramme qu’elle a acheté. Elle a donc consommé 2000 unités d’œuvres. Et, en appliquant la formule ci-dessus, on obtient le coût d’unité d’œuvre en divisant 6000/2000. Ce qui donne 3 euros.

Dans le cadre de la production, si l’entreprise emploie 4 salariés qui travaillent chacun 36 heures. L’UO d’œuvre maximale de la semaine est donc de 144  UO (4 x 36). Supposons qu’elle fabrique deux types de produits dont le premier nécessite 20 UO par semaine et le second 32 UO par semaine. Si elle reçoit alors 4 commandes du produit 1, elle utilisera 80 UO (soit 4 x 20). Comme le nombre d’UO maximale est de 144, il ne lui reste donc plus que 64 U0 (144 – 80). Comme le produit 2 nécessite 32 UO, elle ne pourra plus donc en fabriquer que 2 (32 x2 =64). Au final, avec 144 UO maximales par semaine, l’entreprise peut produire 4 produits 1 et 2 produits 2 par semaine.