Vous découvrirez au fur et à mesure une anecdote sur la ville de Paris depuis la construction des monuments historiques et des constructions atypiques de la ville de France. Voici quelques anecdotes croustillantes sur la ville de Paris pour vous y préparer pour une visite ou bien pour approfondir les connaissances.

Un éléphant géant était l’idée de départ de l’Arc de Triomphe

La construction de cet Arc de Triomphe était un projet sous la demande de Napoléon. Il a failli être un éléphant géant qui devait aménager son intérieur par un musée en son honneur. Mais Napoléon a succombé aux critiques des contemporains et finalement, la statue géante a été installée sur la place de la Bastille. Ensuite, elle a été remplacée par les colonnes de juillet. Tout comme la pyramide du Louvre qui est construite par 673 et non pas 666 plaques de verre.

Le plus cadran solaire du monde est la célèbre place de la Concorde. Mais l’argent a ses limites et c’est à la fin du XIXe siècle qu’un couple riche américain échoue dans leur projet d’acheter l’Arc de Triomphe et donc mettait à terme à une autre possibilité de modification de l’Arc de Triomphe de paris. Tout cela forme une anecdote insolite paris sur une très célèbre place.

Les photos de nuit de la Tour Eiffel sont interdites

Durant la visite de la capitale de France, la partie émergée facile à découvrir par les visiteurs est la tour Eiffel connue avant sous butte Montmartre. Effectivement, la Ville lumière possède des spots insolites et des lieux cachés comme des catacombes ou bien un manoir hanté. 

De ce fait, si vous voulez avoir une photographie de cette tour en pleine nuit, vous devez suivre une sombre clause vous imposant à contacter la Société Nouvelle d’Exploitation de cette Tour. Vous devez donc avoir des droits juridiques pour pouvoir prendre cette photo de nuit. Et ce, même si c’est l’un des monuments le plus visités dans le monde. 

Encore dans la tour Eiffel, avant d’y sauter avec un premier essai de parachute connu sous le parachute de Franz Reichelt, il a réalisé des tests et il s’est inspiré de la forme des chauves-souris. Il a essayé sur des mannequins pour enfin se lancer lui-même de plusieurs dizaines de mètres… Dans ce seul monument, il y a 2 anecdotes : l’histoire du saut en parachute de Franz Reichelt et de la Tour Eiffel qui faisait bien l’affaire avec 300 mètres de haut.

Vers le début de l’année 1912, il a rédigé de façon soigneuse son testament et se rend au premier étage, avec une hauteur de cinquantaine de mètres. Accordé par la préfecture de police de la ville, il vient accompagner d’un mannequin afin d’effectuer un premier test pour enfin se lancer lui-même pour un grand saut. Mais il s’écrase laissant un trou de 15 à 20 cm à son atterrissage au sol après quelques hésitations et sans apport de mannequin.

L’histoire de fantômes dans les jardins du Petit Trianon

Deux professeurs d’Oxford visitent Versailles le mois d’août 1901, Eleanor Jourdain et Anne Moberly. Au moment où elles passent par le jardin du Petit Trianon dans la ville de france, elles se voient ramenées au temps de Louis XVI en découvrant le domaine de Marie-Antoinette comme s’il était en 1789. Elles trouvent la reine avec les jardiniers en costume du XVIIe siècle et elles leur demandent le chemin et ils répondent très bien. Puis la vision s’est dissipée formant probablement une reconstitution historique.

De retour à Oxford, en effectuant de nombreuses recherches et des consultations d’archives, elles écartent la théorie d’une vision. Des faits méconnus des historiens corrobore avec les récits avec des enquêtes.

L’événement aérien de Charles Godefroy

Dans la ville de paris surviennent des tentatives de records historiques qui ont fini de façon tragique comme celle de Franz Reichelt ou encore le saut de Willi Wolf du pont transbordeur. Mais il y a eu des succès comme celle de Charles Godefroy faisant quand même partit des tentatives qui font peur. 

À l’occasion du défilé de la victoire de la Première Guerre mondiale le 14 juillet 1919, sur les Champs-Élysées, le commandant militaire ordonne aux aviateurs de défiler à pied.

La réalisation d’un exploit par les chevronnés des airs où le pilote va traverser une porte de 29 mètres de haut et de 14,62 mètres de largeur sous l’arc de triomphe. C’est Jean Navarre, étant un as de l’aviation de l’époque a été choisie, mais trouve la mort avant l’événement lors d’une virée en vol plané. Charles Godefroy a donc été désigné pour le faire, il semble être assez expérimenté pour participer à cette dangereuse aventure.

Le vol s’est tenu le 7 août 1919 vers 7 h 20 du matin à l’abri des regards. Seulement quelques cinéastes et journalistes furent convoqués pour immortaliser l’événement.