Le bois fait partie des moyens de chauffage les plus utilisés en Occident. Si l’excellent rapport qualité/prix est l’une des raisons indéniables poussant les occupants d’un logement à choisir cette option, il n’en demeure pas moins que celle-ci est la meilleure manière d’obtenir une température homogène et confortable. Avec l’hiver qui avance à grands pas, il est important de savoir où se procurer ce combustible que ce soit dans les magasins physiques ou en ligne. Dans cet article, nous vous indiquons les critères essentiels pour bien choisir ce matériau et quelques informations utiles pour reconnaître un bon vendeur.

Un combustible naturel et sec

Un bois de chauffage de qualité humide est la preuve qu’il s’agit là d’un combustible de mauvaise qualité. Vous devez alors veiller à ce qu’il soit sec avec un pourcentage d’humidité qui ne dépasse pas les 20%. Si on dépasse le taux précédemment cité, les émanations de particules polluantes constituent une menace pour la santé. Cependant, tous les vendeurs ne proposent pas des produits avec ce pourcentage, la plupart affichant un taux compris entre 15 et 40%. Vous pouvez certes acheter une matière avec ce taux d’humidité à condition de vérifier quelques points :

  • Un poids trop élevé, la présence de champignons accrochés aux bûches et de mousse sont l’indice d’un matériau défaillant et trop humide.
  • Évitez les combustibles avec une écorce difficile à se détacher.
  • En revanche, la légèreté, l’absence de moisis et de champignons attestent d’une bonne qualité.
  • Assurez-vous qu’en frappant les bûches l’une contre l’autre, vous pouvez entendre un bruit sec.

Il est important de signaler que vous n’êtes pas dans l’obligation d’acheter une matière préalablement séchée et prête à l’emploi. Il est possible de se procurer ce combustible et de procéder au séchage vous-même. Pour cela, achetez des dispositifs coupés dans le format adéquat pour la cheminée. Préférez aux rondins les petites bûches qui sont plus faciles à sécher. De plus, il va sans dire que votre stock doit être placé à un endroit sûr à l’écart des intempéries et de toute source d’humidité.

Cliquez ici pour plus d’infos !

Le feuillu dur

Si les bûches brûlent lentement, cela signifie qu’elles présentent un bon niveau de qualité. Même si certaines personnes optent pour des matières tendres comme le bouleau, le peuplier ou le saule, ces derniers ont tendance à se consumer à grande vitesse. Cela ne signifie pas que vous ne pouvez pas en faire usage, mais il faudra les réserver à l’allumage du feu puis ajouter d’autres types de matériaux pour maintenir les flammes et les envenimer. Par ailleurs, vous avez les résineux qui se distinguent par leur pouvoir calorifique nettement plus élevé que la moyenne.

Pour ne pas vous tromper, voici les variantes que vous pouvez utiliser les yeux fermés :

  • Le chêne
  • Le charme
  • Le Hêtre
  • Le frêne
  • Le robinier
  • L’orme

Même les éléments indiqués sur cette liste présentent certains écarts. Par exemple, le mètre cube de peuplier offre 1300 kWh contre 1700 kWh pour le même volume de chêne. Le châtaignier doit toutefois être utilisé avec précaution étant donné qu’il a tendance à éclater pendant la combustion. Notez qu’en dépit de l’essence, l’absence d’écorce sur les bûches indique l’aspect polluant du matériau.

A savoir : Certaines variantes ne peuvent pas être utilisées ou stockées ensemble. Leur proximité et combustion provoquent des émissions toxiques nocives pour la santé. C’est le cas des matières de récupération vernies ou traitées.

Conseils pour limiter les émissions polluantes

Quelques précautions d’usage permettent de réduire les risques de pollution. En voici les plus importantes :

  • Allumez le feu par le haut : Dans vos cheminées, superposez les bûches des plus grosses aux plus fines de bas en haut. En les empilant, veillez à laisser un petit espace pour que l’air puisse circule. Ensuite, placez le combustible d’allumage tout en haut. Ainsi, les gaz issus de la consomption seront évacués au niveau des flammes. Cette technique vient tout de droit de Suisse.
  • Le conduit de fumée doit être en bon état : Si vous avez un nouveau conduit de fumée, vous n’aurez aucun souci à vous faire, En revanche, faites vérifier votre tirage par un professionnel si vous désirez obtenir une bonne qualité de combustion et optimiser le fonctionnement de votre appareil.
  • Rechargez régulièrement : Vous devez non seulement effectuer un rechargement régulier, mais vous devez aussi le faire rapidement pour éviter que la chambre de combustion ne refroidisse. Dès que vous constatez que les flammes se sont éteintes, ouvrez la porte et placez vos matériaux sur le lit de braises vives.
  • Effectuez un ramonage : Pour éliminer les risques d’obstruction, il est nécessaire d’effectuer un ramonage. Il s’agit d’un mode d’entretien qui doit être réalisé 2 fois par an. Un ramonage mécanique est beaucoup plus efficace qu’un ramonage chimique.

Les solutions d’approvisionnement

Pour vous approvisionner et chauffer votre logement, vous avez le choix entre 2 options :

  • Les marques connues : Les enseignes de renommée, spécialisées dans les équipements du bâtiment, se sont imposées sur le marché du combustible. Depuis plus d’une dizaine d’années, vous pouvez vous diriger vers ces marques pour acheter tout type de granulés. En gros ou en détail, ces enseignes offrent les 2 alternatives. Cependant, rappelez-vous que vous n’aurez pas affaire à des professionnels en énergie. Il vous faudra choisir vous-mêmes en vous contentant de vos propres connaissances. Par ailleurs, en cas d’urgence, sachez que les stations d’essence proposent aussi ces produits, même si la qualité est moins confirmée. Les magasins de bricolage sont à envisager avec précaution, tout comme l’alternative précédemment citée. Vous y trouverez certes ce que vous cherchez, mais on vous indiquera rarement d’où viennent les matériaux vendus.
  • Les spécialistes : Cette option est plus recommandée que la première. Vous serez pris en charge par des professionnels qui sauront vous orienter et vous présenter les conseils dont vous avez besoin pour choisir en toute connaissance de cause. Avec les directives que nous vous avons données, au début de cet article, vous n’aurez normalement aucun mal à reconnaître les granulés de bonne qualité.

Rappel des indicateurs de qualité

Pour reconnaître le niveau de qualité de votre combustible, vous devez prêter une attention particulière à ses caractéristiques. En vous rendant chez un spécialiste ou sur son site, vous trouverez des produits qui restent des valeurs sûres.

Comment le savoir ? Il faut vérifier la présence du label NF ou DIN. Ces indicateurs signifient que le produit est agréé par l’État et qu’il est considéré comme écologique conformément aux normes environnementales mises en vigueur dans les pays d’Europe. Comme évoqué plus haut, le premier critère à vérifier est celui du pourcentage d’humidité. Ensuite, assurez-vous qu’il s’agit bien là d’une essence recommandée pour chauffer. Préférez alors les matières dures avec un pouvoir calorique élevé comme le frêne et le hêtre.

Certains consommateurs privilégient la piste des fournisseurs de proximité pour limiter les déplacements et ne pas être contraints de débourser plusieurs centaines d’euros dans les frais de logistique. Si le vendeur possède un site Internet, n’hésitez pas le contacter par téléphone pour lui poser les questions qui vous aideront à faire un choix plus pertinent. Vous pouvez même lui expliquer votre situation et vos besoins afin de bénéficier de directives plus précises.